[le site de Fabienne Swiatly ]

La couleur absente de la Lorraine.

IMGP0314

Une semaine sans internet cela fait du bien. Même si au retour, un peu d'impatience à lire mes messages et la même petite déception qu'à l'ouverture de la boite aux lettres. Rien de  bien intéressant ou si peu. D'ailleurs soi-même, on a peu écrit aux autres. Une semaine loin de ce qui fait le quotidien, à photographier. A me mesurer à la technique qui pèse pas mal de pages dans les modes d'emploi. Livrets qui vous parlent comme à un technicien et non pas à un être sensible. Du coup j'ai du mal à progresser mais je m'y attèle. Je travaille à un projet difficile à résumer mais qui se traduira par un journal écrit et une série de photos de nu (nue) avec comme entrées : lieu du crime, flagrant délit et autopsie. Des corps nus et crus. Je me donne une année pour le mener à bien et le donner ensuite à lire et à voir. L'usage de la photo d'Annie Ernaux et Marc Marie,  livre qui m'avait mis mal l'aise à la première lecture et que j'ai mieux compris presque un an plus tard, a été le déclencheur de ce travail que nous menons à deux. En attendant je photographie, me fait photographier et aussi je trie et je jette. Avec le numérique il faut savoir faire le deuil de certaines photos. Sinon on est débordé par le nombre. On se satisfait d'un résultat obtenu parfois par hasard, alors qu'il faut obtenir ce que l'on attend précisément. Il faut rester maître du sujet. Pas toujours facile. En tout cas ce travail me plaît beaucoup. Il m'amène à lire, relire les journaux et correspondance de peintres et photographes. Et à relire aussi l'imbuvable mode d'emploi de mon Sony. En me méfiant d'un vocabulaire qui s'inspire de l'argentique mais ne propose pas la même sensibilité. Parfois, comme tous les autodidactes, je rêve de tout reprendre à zéro. Un CAP photo par exemple. En d'autres temps, j'ai passé une équivalence de bac qui ne m'a servi à rien et rêvé d'études de lettres, de science du langage, histoire de l'art, etc. Apprendre avec d'autres.