[le site de Fabienne Swiatly ]

La fumée bleutée d'une Gitane ou d'une Gauloise, les cigarettes que je ne fume plus.

thumbnail

La brume rendait l'approche plus lente, plus mystérieuse même le grand parking semblait moins imposant. On voyait la baie pas le mont. J'ai marché et raté la plupart de mes photos, trop excitée. Pas concentrée. Du monde mais pas trop, du moins pas sur la voie d'accès car une partie des touristes prenaient la navette gratuite. On entendait les oiseaux de la baie. A l'entrée du village tout est devenu moins bucolique. Les gens se sont jetés sur l'étal de bouffe le plus proche et rendaient l'entrée difficile. Le clocher sonnait midi. Le restaurant de la Mère Poulard était pris d'assaut malgré une salle sombre qui donne essentiellement sur le flot de touristes. J'ai fait marche arrière. Pas envie de me laisser envahir par des tas de réflexions vaines sur la consommation de masse, le pouvoir d'achat en action. Sur le monde qui serait plus simple à vivre sans les gens... Il faisait trop beau pour des propos de vieille aigrie. J'ai tourné le dos au Mont-Saint-Michel. Personne puisque c'était l'heure de manger sauf un couple avec photographes et guides, voyage de noces organisé dans les moindres détails. Une pratique chinoise il me semble. On sentait le stress, ne pas rater ce moment qu'il leur a coûté sûrement très cher. J'ai marché un peu plus vite et là, enfin, plus personne. Les oiseaux de la baie, le jeu de lumière dans l'eau, marée montante, du vent léger et frais. Tout était parfait. La sensation de bonheur a été comme une étreinte venue du plus profond de moi. Une main qui serre, sans blesser, le ventre, les poumons, le cœur juste avant les larmes. Une sensation brève où je me suis dis : Je peux mourir, là tout de suite. Mais c'est la vie qui avait le dessus. Je suis restée un moment à regarder des oiseaux en mangent une banane. J'ai regardé et je me suis promis de revenir tôt le matin, au lever du jour. Des sabots claquaient sur la route. Une paire de magnifiques juments Comtoises tiraient leur charroi de touristes. C'était bon à entendre.