[le site de Fabienne Swiatly ]

C'est l'ecchymose, douleur qui s'efface.

dombe

En résidence à la Maison du Théâtre de Jasseron dans l'Ain, je suis  amenée à prendre régulièrement la Départementale 1083  qui va de Bourg à Lyon. De jour vers Lyon, de nuit vers Jasseron. Parfois des rangées de platanes condamnés par la maladie accompagnent miraculeusement mes trajets. La route longe la Dombes. A l'heure où la disparition de nombre d'oiseaux semblent devenue une réalité à laquelle on s'habitue déjà, je suis excitée comme une enfant lorsque je vois des dizaines de cigognes piétiner dans les champs, les hérons cendrés se mêler aux grandes aigrettes et tous ces oiseaux d'eau dont j'ignore le nom égayer la surface des étangs. Je m'arrête souvent malgré le froid et la boue des chemins. Parfois des photos, pas toujours. L'autre jour, remontant dans la voiture je me suis mise à cogiter sur les chantiers en cours, les lectures à préparer, les ateliers à animer, les dossiers à finir et les sous à faire rentrer avec la peur de ne pas réussir à TOUT FAIRE. Je râlais même si la lumière était particulièrement créative. Certains jours, la brume du dedans couvre toutes les images du dehors. Je ruminais, mains sur le volant, quand la radio m'a donné à entendre un rire, celui du  peintre Gérard Fromanger. Un rire qui ponctuait ses propos sur son âge, son cœur malade, la mort à venir ou encore les rétrospectives qui ne prennent pas en compte ses derniers travaux (ses travaux de vieux) ... Un rire qui donnait  de la force, qui dissipait la brume ... Allez camarade Fabienne, me suis-je dis, arrêtez donc de vous plaindre (oui il m'arrive de me vouvoyer) tout va bien pour l'instant. Et il m'est revenu la blague du type qui tombe d'un gratte-ciel et qui à chaque étage se répète : Jusqu'ici tout va bien ! Jusqu'ici tout va bien ! Du coup j'ai ri. J'ai ri avec Fromanger, avec les oiseaux de la Dombes, avec les types qui tombent... J'ai ri à chaque étage de la vie. De ma vie.