[le site de Fabienne Swiatly ]

La trace bleue

IMG 1370

Redresser le dos et la nuque et se concentrer sur ce qu'il y a dire, à lire, à faire écrire avec les étudiants, première année à Science Po. Ils espèrent devenir ambassadeur, consul, conseiller, journaliste. Le mot de consul qui invite Marguerite Duras dans l'instant mais je suis la seule à la voir passer. Je suis venue avec Marcel Proust, James Joyce et Christian Prigent pour leur proposer une écriture de la phrase longue, une écriture dans le souffle. Repousser le point. Bousculer la norme qui conseille une idée - une phrase. Au contraire, les amener à mettre plusieurs couches du monde dans le même avancement de la phrase. Gommer la perspective. Je lis, je présente - trop vite - comme souvent et nous n'avons  et je n'ai qu'une heure trente d'atelier par groupe. Le livre de Joyce épais sur la table, la tranche jaunie, la version que nous avions lue à plusieurs (prenant des notes) parce que cela nous faisait moins peur de lire ensemble, et le plaisir de la lecture est venue quand j'avais accepté de lâcher prise avec la narration. Comment leur donner ce plaisir, cette curiosité ? J'espère qu'il ne s'agira pas seulement pour eux de noter des références, des dates, qu'il ne s'agira pas seulement de littérature morte. Je suis un peu fatiguée, eux aussi. Je ne me trouve pas très contaminante (c'est le mot que j'emploie). Je voudrais donner de l'énergie et j'ai peur d'avancer dans la poussière. Je finis avec cinq minutes d'avance.