[le site de Fabienne Swiatly ]

C'est l'ecchymose, douleur qui s'efface.

DSC09537

Bien sûr que l'on a choisi d'être là comme auteure, comme écrivain qui se donne à lire, bien sûr que c'est fou, merveilleux, étonnant, déstabilisant et surtout pas banal de se retrouver devant un ou des lecteurs ou d'entendre son texte lu, joué, interprété, mis en scène. C'est une chance. Quoique le mot ne me convienne pas, car même si cela m'échappe, j'ai travaillé (créé) pour que cet instant ou événement existe. Je ne l'ai pas livré au hasard. Mais il y a parfois cette sensation, pour moi,  de devoir répondre à un modèle, une norme. D'être ce que l'on attend de moi en tant qu'auteure. Une auteure toujours avide de rencontrer son public (car ce n'est pas forcément le lectorat), stimulée d'emmener un groupe vers l'écriture, enthousiaste de restituer, de partager, insensible à la réalité des contrats signés ou pas, des frais remboursés ou pas. Puisque l'on a cette chance d'avoir été édité. Et il faut garder à distance le sentiment d'être à la hauteur du presque rien et de compter ses sous plus que l'on ne souhaiterait. Mais ce quelque chose qui boite en soi permet et nourrit l'écriture.
Ce doute, ce  fragile, ces dérapements, ces failles qui font la littérature, du moins la mienne, j'ai du mal à la laisser dans les coulisses de la rencontre publique. Car je doute constamment. Je doute grave comme dise les plus jeunes mais que l'expression me sied, là tout de suite. Je doute grave et  pourtant je fais. Mais de ne pas dire mieux ce doute me donne le  sentiment de tricher. 
Alors, le plus souvent, je m'accroche à mon projet secret. Un projet très éloigné de ce que l'on sait de moi. Depuis quelques mois un travail photo à deux. Je pose nue. Je me mets à nue et je suis photographié selon des contraintes que je définis, moi. Je confronte mon corps vieillissant à l'image numérique. Je ne le confronte pas n'importe où et n'importe comment, mais ce n'est pas l'heure de dévoiler.  Et ce projet loin de toute commande, de toute attente, me permet d'exister en tant que créatrice et non pas animatrice. Et c'est vitale - oui  vitale avec un e.
@nouvelltentativesonoreAhtuécris